© 2023 by Name of Site. Proudly created with Wix.com

  • Facebook Social Icon
  • Twitter Social Icon
  • Google+ Social Icon

Champ et hors chant, concert et exposition en mouvement avec André Stoketti, musicien, usine Ste Marthe, St Julien Molin-Molette, 2005.

Installation de 5 projecteurs diapos, improvisation de voix, flûtes transfigurées, machines... pour un évènement d'une heure environ structuré en 15 moments, soit 15 séries d'images projetées dans l'espace.

Cet évènement a eu lieu sous d'autres formes à l'occasion de festivals ou d'expositions: festival L'art des corps à Lagorce 2006, rencontres de la Photo à Chabeuil 2009, Festival L'art et La matière en 2012.

L'expérience de la chambre obscure, Chapelle des Roberts, St Julien en St Alban 2012

Installation de 5 projecteurs diapos et 2 sténopés

Exposition A travers champs, Espace Ducros, Grignan, 2014

Installation de 6 projecteurs diapos

Capture d'images, avec Marina Masquelier, Les Itinerrances des Poissons Rouges, Valence, 2015 - photos Philippe Petiot

installation de 5 projecteurs diapos

Capture d'images, avec Marina Masquelier, La Bourse du Travail, Valence, 2015 

installation de 5 projecteurs diapos

Capture d'images est une installation de 5 à 7 projecteurs de diapositives noir et blanc projetées dans un environnement de brouillard (machines à fumée). Elles sont composées à la fois de tracés lumineux et d'empreintes photographiques du réel réalisés à l'aide de lampes de poches dans des lieux obscurs. Il s'agit ici de restituer par la lumière une image construite avec la lumière en y intégrant de nouvelles dimensions dans l'espace. Le brouillard permet de rendre visible le flux lumineux en forme de cône généré par ces images et d'en faire l'expérience physique. C'est à la fois une expérience d'architecture de lumières et de quête de l'image.

En parcourant l'installation, le spectateur interagit avec ces flux de par ses déplacements, ses gestes et à l'aide d'écrans transparents (rouleaux de films plastique) qui lui sont proposés. La mise au net des images est réglée non pas sur les murs mais dans l'espace de sorte qu'elles restent illisibles jusqu'à ce moment d'interaction où sous les geste du spectateur elles apparaissent comme des tranches infimes de ces volumes de lumière, instables et malléables.